Singapour : un hub mondial pour la fintech

Posted by Reading Time: 6 minutes

Écrit par : Dezan Shira & Associates

Traduit par : Fatma Gueye Dione

Lorsque Singapour est devenue indépendant il y a un peu plus de 50 ans, ce petit pays en développement et dépourvu de ressources avait au départ peu de chances de de devenir une puissance économique de premier plan. Aujourd’hui, la cité-État est devenue le centre économique de l’Asie et est mentionnée aux côtés d’autres centres financiers tels que New York, Hong Kong et Tokyo. À présent, son secteur financier est confronté à de nouveaux défis et au progrès rapide du numérique, avec des technologies telles que le blockchain et la 5G, qui auront un impact encore plus important sur ce secteur dans un avenir proche.

Le secteur de la fintech à Singapour

La technologie financière, ou Fintech, a connu une croissance rapide ces dernières années. En plus de combiner les services financiers traditionnels avec des solutions technologiques, la Fintech regroupe également le commerce électronique, les fournisseurs de services d’infrastructure et les entreprises de télécommunications. Alors que les investissements dans le secteur de la Fintech en Asie avaient généralement tendance à diminuer, selon les statistiques de Fintech Global, les investissements à Singapour ont atteint un nouveau record de 365 millions de dollars en 2018. À titre de comparaison, les investissements se sont élevés à 20,8 millions de dollars en 2014 et 229 millions de dollars en 2017.

Cette croissance rapide est due notamment à l’excellent environnement que Singapour offre au secteur de la technologie financière. Outre le revenu par habitant élevé et une excellente infrastructure, le pays propose également un réseau de fibre optique à très haut débit, ce qui lui a permis d’atteindre une vitesse de téléchargement allant jusqu’à 55,52 Mbps, et le place au premier rang mondial des connexions les plus rapides en 2019. En outre, la croissance du secteur de la technologie financière est facilitée par diverses initiatives politiques, des incitations fiscales et un environnement réglementaire favorable.

Environnement réglementaire et mesures politiques favorables

Bien qu’aucune réglementation spécifique ne régisse le secteur de la technologie financière à Singapour, certains services financiers fournis par les sociétés de technologie financière relèvent du système de réglementation en vigueur dans le secteur bancaire. Les entreprises souhaitant investir dans ce secteur devraient donc déterminer de toute urgence si elles relèvent de l’un des systèmes de réglementation en vigueur, tels que la loi sur les banques, la loi sur les assurances ou la loi sur les institutions financières. L’Autorité Monétaire du Singapour est responsable de la supervision des sociétés Fintech. Ces dernières années, cet organe a aidé les sociétés Fintech à tester des innovations prometteuses sur le marché.

Le « bac à sable » est un instrument qui permet aux sociétés Fintech d’expérimenter des produits et des services financiers innovants sur une certaine période et dans un environnement contrôlé. Les principaux avantages sont la facilité des conditions légales et réglementaires pendant le temps passé dans le bac à sable et la protection en cas de perturbations ou d’échec des expériences. Les entreprises souhaitant déposer une candidature au « bac à sable » doivent utiliser les technologies nouvelles ou émergentes, ou utiliser les technologies existantes de manière innovante, et passer par un processus de candidature et d’évaluation avec l’autorité monétaire de Singapour. À la fin de la phase du « bac à sable », tout assouplissement des exigences légales et réglementaires sera levé et les entreprises devront se conformer pleinement à toutes les exigences réglementaires.

En outre, la Banque centrale de Singapour a lancé des initiatives visant à soutenir les sociétés de technologie financière dès 2017. Parallèlement à la conclusion d’accords de coopération avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et d’autres institutions aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Corée du Sud, en Australie et à Hong Kong, et le développement d’une plate-forme transfrontalière de financement commercial utilisant des technologies à chaînes de blocs, l’Autorité monétaire de Singapour a également déployé 225 millions de dollars pour le développement de projets Fintech. En outre, des « foyers d’innovation Fintech » tels que le « 80RR Fintech Hub SG » sont de plus en plus construits à Singapour.

En 2017, un grand immeuble de bureaux d’environ 100 000 mètres carrés a été ouvert au cœur du quartier des affaires de Singapour. Il abrite depuis des entreprises et des start-ups Fintech internationales et locales. « Nous sommes très enthousiastes à l’idée de soutenir et de promouvoir le secteur de la technologie financière en plein essor en offrant un environnement et des locaux innovants à des prix compétitifs aux entreprises en démarrage et autres sociétés de technologie financière », a déclaré un porte-parole de 80RR.

Outre les exemples ci-dessus, il existe de nombreux autres programmes et opportunités pour les sociétés de technologie financière et les start-ups à Singapour qui font de la ville une destination d’investissement attrayante. 

La cybersécurité à travers le blockchain

Ce qui entrave de manière répétée le développement et la mise en œuvre de Fintech, en particulier dans les pays européens, ce sont les préoccupations des utilisateurs concernant la sécurité de ces solutions. Les experts voient une solution à ce problème de confiance dans le développement de « blockchains ». La technologie blockchain a été développée à l’origine pour stocker et envoyer la première devise cryptographique, Bitcoin. Cependant, avec le développement de la technologie, elle s’est également imposée dans le monde entier à d’autres fins, notamment comme moyen de renforcer la cybersécurité. Les blockchains sont des bases de données décentralisées, souvent appelées grands livres numériques, qui enchaînent une liste continue d’enregistrements de données à l’aide de la cryptographie. La particularité de cette nouvelle technologie est la possibilité de stocker et de gérer des informations de tout type, plutôt que sur un serveur central, réparties sur différents ordinateurs,

C’est précisément cette particularité qui permet d’améliorer la cybersécurité. En publiant chaque transaction dans les moindres détails, une énorme transparence est créée entre les partenaires de la transaction, ce qui offre à toutes les parties prenantes un niveau de sécurité élevé et une meilleure protection contre les attaques de pirates informatiques. De cette façon, la technologie blockchain est en mesure de combler certaines lacunes de sécurité fondamentales.

En 2016, Global eTrade Services (GeTS), une filiale de CrimsonLogic, a lancé l’Open Trade Blockchain (OTB), la première chaîne de communications transfrontalière au monde destinée au commerce entre l’ANASE et à la route numérique de la soie en Chine. Avec l’aide de telles chaînes de blocs, le commerce mondial peut devenir plus efficace, sécurisé et transparent, et les secteurs dépendant de la cybersécurité et de la transparence peuvent en tirer profit à l’avenir.

Opportunités pour les entreprises étrangères

Il est facile pour les investisseurs étrangers d’investir dans le secteur de la fintech à Singapour car il n’y a pas de restrictions gouvernementales particulières.

Outre l’environnement attractif que Singapour offre à la croissance et à l’innovation pour les sociétés de Fintech locales et internationales, la métropole financière sert également de passerelle vers les marchés asiatiques, en particulier les États de l’ANASE. Par exemple, la société Grab, fondée à Singapour et proposant des services de covoiturage, de livraison et de logistique via une application, jouit d’une popularité croissante dans certains pays d’Asie du Sud-Est tels que le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande, le Myanmar et le Cambodge. Dans certains de ces pays, il est désormais possible de payer facilement via smartphone avec l’application « GrabPay » lancée par Grab en 2016.

Cependant, ces marchés ont des secteurs de la Fintech encore sous-développés, ce qui offre diverses opportunités aux entreprises qui investissent. L’ensemble de la région de l’ANASE compte plus de 625 millions d’habitants, soit bien plus que l’Union Européenne (504 millions) ou les États-Unis (319 millions). Selon les statistiques de Fintech Global, Singapour a remplacé Hong Kong en tant que principal hub Fintech en Asie dès 2015 et a été en mesure d’attirer près de douze fois plus d’investissements que Hong Kong au premier semestre de 2018.

Singapour comme un oasis Fintech

Singapour s’est fixé des objectifs ambitieux et veut devenir la ville la plus verte du monde et la capitale de l’Asie. Aujourd’hui déjà, la petite cité-État, que ses habitants appellent indifféremment « Le petit point rouge », est de plus en plus qualifiée de ville du futur. Grâce à diverses incitations politiques et à un environnement d’investissement attrayant, la ville offre des opportunités exceptionnelles de devenir un havre mondial de la Fintech.

 

A Propos de Nous

Asia Briefing Ltd. est une filiale de Dezan Shira & Associates. Dezan Shira est un cabinet spécialisé dans l’investissement direct étranger, fournissant à travers l’Asie des services de conseil juridique, fiscal et opérationnel, ainsi que des solutions en comptabilité, audit, et ressources humaines.

Vous pouvez nous contacter à frenchdesk@dezshira.com ou télécharger notre brochure ici.

Restez informés des dernières nouvelles concernant les investissements et le milieu des affaires en Asie en souscrivant à notre newsletter.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *